TOUT CE QUE VOUS AVEZ BESOIN DE SAVOIR SUR LA COLLABORATION, LE TRAVAIL DE DEMAIN

Printer Friendly and PDF

Tout ce que vous avez besoin de savoir sur la Collaboration, le travail de demain

Témoignage sur le projet World Cultures Connect

Rochelle Amour, participante à l’atelier WCC, s’est penchée sur la collaboration comme étant le travail de demain et sur la façon dont elle a su transposer son expérience acquise lors de ces quelques jours d’atelier sur son travail pendant plusieurs mois

 

J’ai vécu une grande partie de ma vie à Trinité et Tobago, une île riche et productrice de pétrole qui depuis l’an dernier est malheureusement en récession économique. Les bons emplois se font de plus en plus rares et beaucoup de personnes se sont retrouvées sans emploi.

J’ai été moi-même ‘sans emploi’ pendant un an, mais je travaillais quand même pendant tout ce temps. Comme de nombreux autres jeunes diplômés, il m’était difficile de trouver un poste décent à temps plein. Le secteur de l’écriture a toujours été insignifiant à Trinité et Tobago et ce n’est pas avec la récession qu’il a pu croitre. Du coup j’étais bien obligée de faire preuve de créativité et heureusement, c’était mon point fort. J’ai rencontré des personnes qui ont pu me conseiller ; j’ai démarré en contribuant à la gestion de sites internet américains populaires et j’ai commencé à jongler avec les réseaux sociaux.

J’ai réalisé que je n’avais même pas besoin de sortir de chez moi. J’avais juste besoin de rencontrer quelques personnes avec qui je pouvais travailler même s’ils ne m’offraient pas un emploi à temps plein. Jeff Goins dit que le succès dans le secteur créatif consiste à travailleravec les bonnes personnes. C’est le principe même de la collaboration.

Le meilleur moyen de rencontrer les bonnes personnes est de participer aux bons ateliers. J’ai eu la chance d’assister à un atelier dirigé par la division culturelle de Trinité et Tobago et Visiting Arts au Royaume Uni. Depuis, j’ai réussi à transposer quelques jours d’introspection en un travail de plusieurs mois. J’ai participé à la conceptualisation d’un clip musical local chez Soca pour un réalisateur Gallois. J’ai écrit une copie en ligne pour New Fire, le premier festival équitable à Trinité et Tobago. J’ai contribué à la création d’unrecueil américain très prenant sur les expériences des enfants de familles recomposées.

En un an, j’ai réussi à me surpasser et à gagner de nouvelles compétences simplement en travaillant d’arrache-pied avec certaines personnes, au niveau local et international. La collaboration est importante car elle permet de ne plus se soucier des contraintes horaires et risque fort de devenir la méthode de travail de demain. Cela étant dit, il y a certaines choses que toutes les personnes créatives doivent savoir sur la collaboration…

La collaboration n’est pas un travail de freelance qui lui est toujours mouvementé. Le travail de freelance demande de chercher désespérément des occasions de travailler et ensuite il faut plusieurs mois pour se faire payer. Grâce à la collaboration, vous n’avez pas de clients mais vous avez des collègues. Vous ne pouvez pas dépendre que d’un seul commerce à long terme mais vous pouvez travailler sur des projets à long terme avec des bénéfices mutuels à la clé.

Plutôt que de travailler seul et à passer la majorité de votre temps à chercher du travail, la collaboration vous demande de travailler en tant qu’entité entrepreunariale. Vous avez besoin de gérer des aspects de votre travail qui ne sont pas forcément nécessaires lorsqu’on travaille en freelance. Ça peut être un gros défi, mais depuis quand la légitimation de son travail et en apprendre plus sur le business est une mauvaise idée ?

Encore mieux, les collaborations sont là pour être faites sur un projet, en partant d’une base de projet, ce qui vous donne une bonne idée d’avec qui vous travaillez bien et avec qui vous ne voudrez peut-être pas retravailler. Vous partagez les crédits et les bénéfices, ce qui peut parfois être difficile à gérer. Mais encore, il s’agit de gérer le côté business des choses. Dans les horizons actuels, le rêve de tout créatif est d’avoir la liberté de décider avec qui il veut travailler et le genre de travail qu’il réalise

En soi, ce sont ces atouts qui font de la collaboration la méthode de travail de demain…

Vous pouvez collaborer avec n’importe qui, n’importe où dans le monde... J’ai travaillé avec des personnes au royaume Uni, aux Etats Unis et dans les Caraïbes. De nombreux projets créatifs sont faciles à gérer en ligne, donc absolument rien ne peut vous empêcher de travailler avec quelqu’un en Nouvelle Zélande ou en Jamaïque. Il y a plusieurs sites que vous pouvez visiter pour collaborer avec de nouvelles personnes qui partagent vos intérêts...

Personnellement, je travaille avec le réseau World Cultures Connect, qui encourage les collaborations internationales dans le monde du développement. Il s’agit surtout d’échanger des compétences, des perspectives et des contacts potentiels. Les artistes, danseurs, écrivains, etc. peuvent créer un profil sur ce réseau et entrer en contact avec d’autres artistes dans n’importe quel pays de la liste du réseau.

Vous pouvez établir vos propres conditions…C’est toujours difficile de combattre l’idée que le travail créatif vaut moins que le travail ‘normal’ de bureau. Mais avec la montée des sites internet comme par exemple fiver.com, le travail créatif s’est dévalué au niveau de l’argent de poche. C’est le cas notamment pour les écrivains…

Soumettre un article sur lequel vous avez fait des recherches, que vous avez écrit et réécrit, pour lequel vous avez fait des recherches et que vous avez formaté juste pour correspondre aux exigences de l’éditeur et du public risque de ne rien vous donner à part de la visibilité. Ce qui est bien sauf que vous ne pouvez pas vivre avec seulement de la visibilité. En travaillant ensemble sur des projets particuliers avec un fonds défini et un profit potentiel clair, les créatifs peuvent revendiquer leur valeur en fixant leurs propres prix et en refixant les standards de l’industrie pour un travail de qualité.

Dans une communauté collaborative internationale, il est également facile de se faire une meilleure idée de la valeur de votre travail. Lorsque vous parlez avec des professionnels étrangers de votre secteur cela peut vous aider à étendre votre marché et votre potentiel de rendement. La collaboration internationale peut ouvrir un monde d’opportunités dans une industrie qui peut sembler pauvre et qui rapporte peu au niveau local.

Alors comment vous êtes-vous engagé dans une collaboration internationale ?

Grâce à Twitter… Ma toute première collaboration internationale s’est faite par cet intermédiaire. Ça ne semble peut-être pas évident de travailler avec des étranger que vous rencontrez sur des réseaux sociaux, mais si vous publiez des liens vers votre travail, il y a des fortes chances que des personnes comme vous le remarquent.  Si vous utilisez stratégiquement votre description et votre photo, vos futurs collègues vous trouveront plus facilement.

Lorsqu’une personne inconnue vous contacte sur votre réseau, faites des recherches sur cette personne. Une fois que vous en savez assez pour prouver sa pertinence, sautez le pas et répondez lui sans trop tarder. Communiquez votre adresse mail, acceptez un entretien Skype ou remerciez-la au moins pour l’intérêt qu’elle vous a manifesté. Vous ne savez jamais où ça pourrait vous mener.

Ayez l’esprit ouvert lorsque vous commencez une collaboration… Si vous n’êtes pas certain de cette collaboration, ne vous y engagez pas trop vite. Ecoutez bien les opportunités plutôt que les inconvénients. Il est tellement facile de se retrouver surbooké lorsque vous collaborez avec les autres.

N’oubliez pas qu’une collaboration, c’est une opportunité de travailler avec d’autres personnes qui risquent de demander de vous de faire des compromis. Vous aurez donc besoin de garder l’esprit ouvert. Permettez-vous de nouvelles façons de travailler ou de travailler avec des objectifs ou un contexte différents de ce dont vous avez l’habitude. Cette expérience vous aidera à grandir d’une façon ou d’une autre.

Si vous allez collaborer, faites le bien… chaque opportunité de le faire est un appel pour fixer vos propres règles. Voyez ça comme une chance d’impressionner vos nouveaux contacts car vous ne savez jamais ou tel projet, tel article ou tel logo peut vous mener.

L’échec étant souvent une question de territoire, assurez-vous d’en faire une clé de voûte de votre travail. Demandez des commentaires sur votre travail. Prenez des notes sur ce qui fonctionne chez certains et pas chez d’autres. Faites un plan afin de mieux préparer votre prochain mouvement et d’améliorer votre flexibilité. Un jour vous trouverez peut-être la formule magique qui vous mènera non seulement à une collaboration lucrative, mais qui lancera aussi votre business dans une toute nouvelle direction.

Comme tout le reste, les collaborations réussies n’arrivent pas du premier coup. Ça demande beaucoup de travail, de la patience et un bon timing. Mais si vous apprenez à naviguer dans ce sens, ça portera ses fruits. Ma méthode est de faire avec et de voir comment ça se passera. Et jusque-là tout va bien. Non seulement j’ai réussi à rester occupée, mais je suis aussi plus versatile que je ne l’étais il y a un an. J’ai appris beaucoup et j’ai obtenu de très bons contacts. Peu importent vos circonstances, la collaboration vaut le coup d’être tentée. Vous devriez même vous y habituer car je suis convaincue que c’est la méthode de travail de demain.

19 septembre 2016
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu