PRÉSENTATION DU PROJET «MÉMOIRES LIBÉRÉES»

Printer Friendly and PDF

Le 26 novembre se tenait au quai Branly une soirée de présentation du programme «Mémoires libérées» qui vise à valoriser les sites et lieux de mémoires de la traite et de l’esclavage dans plusieurs pays africains et caribéens.  Coordonné par l’association nantaise des Anneaux de la Mémoire, ce projet à la fois culturel et touristique permet de créer une dynamique autour du tourisme d’histoire et rencontre un grand nombre de soutiens auprès de personnalités et d’institutions internationales. 

UNESCO, Ministère de la Culture, Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (CNMHE), Mémorial ACTe, Ambassade du Sénégal en France, autant de représentants d’envergure nationale et internationale qui se sont réunis le jeudi 26 novembre au musée du Quai Branly pour la présentation du programme «Mémoires libérées», créé à l’initiative des Anneaux de la Mémoire. 

Basée à Nantes, l’association Les Anneaux de la Mémoire travaille depuis bientôt 25 ans à la diffusion de la recherche historique et à la sensibilisation des publics autour de la thématique de l’esclavage et de ses héritages contemporains. Pour fédérer les soutiens tissés durant toutes ces années, les Anneaux de la Mémoire ont constitué en 2014 un Comité d’Honneur. Composé notamment de Lilian Thuram, Stéphane Martin (quai Branly), Abdou Diouf (Ex secrétaire de l’OIF), Myriam Cottias (CNMHE), Régis Debray (philosophe), Erik Orsenna (écrivain), Jacques Martial (Mémorial ACTe), des historiens émérites et des artistes, ce comité réunit les personnalités qui, en France comme à l’international, soutiennent les actions des Anneaux de la Mémoire. 

En guise d’introduction de cette soirée, Doudou Diene, l’initiateur du programme La Route de l’Esclave de l’UNESCO, a rappelé le rôle pionnier de l’association dans les années 1990, avec notamment la réalisation de l’exposition «Les Anneaux de la Mémoire», qui avait rassemblé plus de 400000 visiteurs au Château des Ducs de Bretagne. 

Depuis les années 90, beaucoup de chemin a été parcouru autour de cette histoire douloureuse et longtemps occultée comme en atteste la loi Taubira de 2001 ou plus récemment l’inauguration du Mémorial ACTe en Guadeloupe, centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage. Jacques Martial, son président, a rappelé lors de cette soirée au quai Branly, le traumatisme encore très présent qui existe autour de l’esclavage. En accord avec les valeurs portées par les Anneaux de la Mémoire et le Mémorial ACTe, il a souligné l’importance de mettre en place des ieux et des actions qui favorisent l’expression des différentes mémoires, héritées de cette histoire partagée entre 3 continents.  

Depuis 2014, l’association coordonne un projet international de tourisme culturel (TOSTEM : TOurisme autour des Sites de la Traite, des Esclavages et de leurs Mémoires) dont l’action se déroule sur 5 territoires : France, Cameroun, Sénégal, Haïti et Antigua & Barbuda. Le programme TOSTEM, aussi appelé « Mémoires libérées », vise à préserver et valoriser les sites historiques liés à l’esclavage pour renforcer l’économie du tourisme culturel et participer au développement local. Soutenu par le +Programme ACPCultures+, ce projet original permet de croiser : 

- Valorisation des héritages culturels et du patrimoine matériel 

- Développement local et formation des acteurs dans les pays partenaires 

- Dialogue des mémoires et sensibilisation des différents publics issus de ces 3 continents. 

Ce programme se traduira en 2016 par la mise en place de parcours touristiques dans les pays partenaires mais également d’une exposition internationale et itinérante qui sera inaugurée en mai 2016 à Nantes. Cette exposition co-construite par des historiens et des artistes des 5 pays partenaires sera présentée pendant 2 mois à Nantes avant de débuter sa circulation sur les 3 continents. A la fois interculturelle et innovante, cette exposition mêlera contenus historiques et oeuvres d’artistes contemporains et sera accompagnée d’un volet pédagogique. Comme évoqué par Monsieur Ognimba, Sous-Secrétaire Général du Secrétariat ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) l’appropriation et la compréhension du patrimoine par les populations locales, notamment les jeunes, sont nécessaires pour que ces populations soient tournées vers l’avenir plutôt que vers le passé. 

La rencontre organisée au quai Branly a été donc l’occasion de présenter l’état d’avancement des actions devant les personnalités et les partenaires qui suivent de près les Anneaux de la Mémoire et qui en accord avec les valeurs de l’association sont convaincus que le travail de recherche historique, de dialogue des mémoires et de sensibilisation des publics autour de la traite atlantique, des esclavages et de leurs héritages contemporains, doit continuer aujourd’hui d’être mené.

 

30 novembre 2015
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu