POLITIQUES CULTURELLES - Les indicateurs UNESCO de la culture pour le développement : un enjeu de taille pour les pays ACP. Le Ghana, le Swaziland et la Namibie disposent désormais d’un « ADN » de la culture

Printer Friendly and PDF

Un outil pour mesurer la contribution de la culture au développement

Les indicateurs UNESCO de la culture pour le développement (IUCD) commencent déjà à donner des résultats concrets. Cet instrument, développé par l’UNESCO au cours de ces 4 dernières années, doit servir pour informer et influencer les décisions des acteurs du développement. Il s’agit d’une matrice globale qui illustre la contribution de la culture au développement d’un point de vue holistique et inclusif. Les indicateurs ont déjà été testés dans plusieurs pays à faibles et moyens revenus. En 2014, de nouvelles données chiffrées ont été générées dans 11 pays, conduisant à la production d’ « ADN » de la culture pour le développement ainsi qu’à la formulation de plusieurs « Résumés Analytiques ». Pour les pays ACP, les ADN de trois pays sont disponibles : Ghana, Swaziland et Namibie. Celui du Burkina Faso est en cours de finalisation. D'autres rapports sont en préparation et seront publiés prochainement sur le site de l'UNESCO. 

Les indicateurs UNESCO de la culture pour le développement proposent une méthodologie novatrice visant à démontrer, par des données empiriques, le rôle multidimensionnel de la culture dans les processus de développement. Outil de plaidoyer et de politique, cet outil vise à répondre aux défis de l’intégration de la culture dans les programmes internationaux de développement (cf. Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de 2005 de l’UNESCO). La méthodologie a été établie grâce à une approche participative, qui a mobilisé plus de 150 experts, administrations publiques, instituts nationaux de statistiques et de recherche et organisations de la société civile. 

 

22 indicateurs clé dessinent l’ADN culturel des pays

Ces indicateurs proposent une vision inclusive des interactions entre la culture et le développement. Ils prennent en compte 7 dimensions majeures :

  •       l’économie,
  •       l’éducation,
  •       la gouvernance,
  •       la participation sociale,
  •       l’égalité des genres,
  •       la communication
  •       et le patrimoine.

 

Des résultats déjà visibles

En Namibie, les données des IUCD ont permis de défendre avec succès l’inclusion de la culture dans le Plan cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (PNUAD) 2014-2018. Au Swaziland, la mise en œuvre des IUCD a conduit à un partenariat entre l'UNESCO, le Bureau Central des Statistiques du Swaziland et des organismes gouvernementaux chargés de la culture. Au Ghana, la création de « l’ADN culturel » a conduit à des discussions continues entre les agences des Nations Unies au regard de l’intégration de la culture au prochain PNUAD.

Au niveau international, les IUCD ont permis de lancer la Base de données mondiale des IUCD, la première base de données mondiale de la culture pour le Développement qui sera régulièrement mise à jour.

Informations pratiques

Afin de faciliter la collecte de données, la construction, la mise en œuvre et l'analyse des IUCD,  l'UNESCO a publié une Boîte à outils composée d'un Guide de mise en œuvre et d'un Manuel Méthodologique.

Pour en savoir plus 

 

Vous pouvez  également consulter les documents dans l’Espace documentaire sur notre site Internet. 

 

18 juin 2015
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu