POLITIQUES CULTURELLES. LA CULTURE DANS LE DOCUMENT DES ODD: ENCORE PLUSIEURS ÉTAPES À FRANCHIR

Printer Friendly and PDF

POLITIQUES CULTURELLES. LA CULTURE DANS LE DOCUMENT DES ODD: ENCORE PLUSIEURS ÉTAPES À FRANCHIR

Nations Unies, sommet spécial pour l’agenda pour le développement durable

Les promoteurs de la campagne « Le futur que nous voulons intègre la culture » font ressortir les lacunes du document qui sera adopté à New York en septembre

En prévision du Sommet spéciale sur le développement durable qui se tiendra du 25 au 27 septembre dans le cadre de la 70e Assemblée générale des Nations unies à New York, les réseaux partenaires de la campagne « Le futur que nous voulons intègre la culture » ont publié un communiqué de presse commun.

Le communiqué souligne les réalisations et les lacunes de la démarche des Nations unies qui a mené au document final « Transformer notre monde : l’agenda 2030 du développement durable » en ce qui concerne la reconnaissance du rôle de la culture. On y présente aussi six étapes que la campagne souhaite franchir à l’avenir, en se basant sur l’expérience acquise.

Selon les signataires du communiqué, plusieurs lacunes peuvent être constatées dans le document « Transformer le monde ».

Premièrement, le document ne reconnaît pas pleinement l’importance de la culture pour le développement durable. Les signataires rappellent en effet que la culture est une des quatre dimensions du développement durable, et est aussi essentielle que les dimensions économiques, sociales et environnementales. Une approche holistique et intégrale du développement ne pourra se réaliser que si les valeurs de créativité, de patrimoine, de connaissance et de diversité sont intégrées dans toutes les démarches de développement durable. Cela implique la garantie de la disponibilité et de l’accessibilité des infrastructures culturelles (quelques exemples non exhaustifs sont les bibliothèques, les musées, les théâtres, les centres communautaires, les centre d’éducation artistique) et la mise en œuvre de programmes et de projets culturels à long-terme.

Deuxièmement, bien que « Transformer notre monde » intègre certaines références aux dimensions culturelles, il ne prend pas en compte les témoignages concrets de l’impact de la culture sur le développement, constats recueillis par la communauté internationale au cours des deux dernières décennies. En ce sens, la culture est explicitement mentionnée dans seulement 4 des 169 cibles qui composent les ODD.

Finalement, il n’y aucune garantie que l’agenda du développement pour l’après 2015 sera financé adéquatement. Selon les estimations de l’ONU, 11,5 trillions de dollars par année seront nécessaires pour atteindre les nouveaux objectifs. La CNUCED estime pour sa part que le total des investissements requis dans les pays en développement se situe entre 3,3 et 4,5 trillions de dollars par année.

Les signataires de la pétition soulignent en 6 points leurs recommandations :

A)  Nous encouragerons l’inclusion des dimensions culturelles dans les plans nationaux de développement, les mécanismes internationaux de coopération et autres stratégies et politiques découlant de Transformer notre monde. Nous croyons que des références à la culture doivent être faites à la fois dans les cibles du document final où la culture est mentionnée, mais aussi dans les autres cibles où la dimension culturelle est implicite. Nous croyons fermement que les processus consultatifs qui seront mis de l’avant pour mettre en œuvre Transformer notre monde devraient systématiquement inclure des acteurs du milieu culturel.

B)  Nous appelons à l’inclusion de références à la culture réellement opérationnelles lors des grandes conférences internationales où sera discutée la mise en œuvre des ODD, incluant la Conférence de l’ONU sur le changement climatique (COP21, Paris, décembre 2015) et la Conférence de l’ONU sur l’habitat et le développement urbain durable (Habitat III, Quito, octobre 2016).

C)  Nous croyons que le plaidoyer en faveur de la culture dans le développement durable doit être renforcé par une recherche fondée sur des données factuelles et des indicateurs. Il est nécessaire d’avoir des indicateurs fiables et inclusifs pour mesurer l’atteinte des cibles faisant mention de la culture. Nous voulons contribuer à la conception d’indicateurs culturels et de systèmes de données qui permettront une meilleure compréhension et une mesure, quantitative et qualitative, de la place de la culture dans le développement durable.

D)  Nous recherchons des occasions de présenter de façon convaincante et inspirante les preuves du rôle de la culture pour le développement dans des forums internationaux d’une gamme étendue de disciplines, hors du secteur de la culture, dans le but de sensibiliser, favoriser la compréhension, établir des ponts et développer des partenariats.

E)  Nous croyons que de nouveaux partenariats avec les organisations de la société civile, les autorités publiques, les agences de l’ONU, les organisations intergouvernementales régionales, les réseaux internationaux, le secteur privé et les autres parties prenantes sont nécessaires, plus que jamais, afin d’étendre la prise de conscience du rôle essentiel de la culture pour le développement durable.

F)  Nous veillerons à développer une stratégie qui s’appuie sur les actions menées à ce jour, nous employant  à  mobiliser  des  ressources  et  renforcer  les  relations  qui  permettront  de  poursuivre  la  campagne  internationale,  et  communiquer  efficacement  avec  toutes  les  parties prenantes.

Les réseaux qui ont mené la campagne « Le futur que nous voulons intègre la culture »  sont : IFACCA, FICDC, Agenda 21 pour la culture (CGLU), Culture Action Europe, Réseau Arterial, Conseil international de la musique, ICOMOS, IFLA et Red Latinoamericana de Arte para la Transformación Social.

La campagne a été lancée le 1er mai 2014 avec la « Déclaration pour l’inclusion de la culture dans les objectifs de développement durable » qui a été signée par 900 organisations et plus de 2 500 individus dans 120 pays. Les réseaux qui ont mené la campagne remercient tous les signataires et autres sympathisant pour avoir contribuer à faire entendre – pour la toute première fois – la voix de la communauté culturelle mondiale. 

25 septembre 2015
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu