LES RENCONTRES D'ARTS VISUELS DE YAOUNDÉ

Printer Friendly and PDF

Du 25 au 31 juillet s'est tenue à Yaoundé au Cameroun la 5ème édition des Rencontres d'arts visuels de Yaoundé (RAVY), sous la thématique Contemporalités.

Les commissaires Olivier Fokoua et Landry Mbassi ont invité une trentaine d'artistes camerounais et étrangers à partager leurs réflexions sur le liant contemporain-temps dans la société actuelle.

Pour cette édition 2016, 32 artistes et commissaires étaient conviés et sept lieux de la capitale camerounaise mobilisés. Avec au programme non moins que 12 performances dont quatre dans l'espace public.

Performance toujours mais cette fois au Musée de la Blackitude, espace de valorisation de l'art et l'artisanat africain, le jeune artiste Ives Lionel Embappé, propose une réflexion autour du temps comme notion et comme élément du contexte. Aujourd'hui, nous courrons tous après le temps, mais qu'est ce que le temps ? Sous forme de conférence sur l'art contemporain d'abord puis de rituels, l'artiste aborde la question à travers l'Histoire de l'art et plus généralement de l'humanité.

Composée de fils, cédéroms, matériaux de récupération, l’installation d’Abdias Ngateu est empreinte des réalités visuelles et sonores de la ville de Douala sous l'angle de l'anarchie. Des pancartes des boutiques, des fils qui s'entremêlent comme les routes, et des voix captées dans les rues de la ville. Un regard sur cette mégalopole africaine qui n'arrive pas à contenir sa croissance.

Communément dédié à la vente de voiture de luxe, l'espace KIA Motors s'est lui aussi transformé en galerie d'art avec une exposition collective. Grâce aux grandes baies vitrées, passants et curieux sont interpellés, initiant un dialogue entre l'espace et la rue.

En marge des expositions, deux formations ont été proposés, animées par l'artiste Canadien Richard Martel sur la performance et l'artiste Allemande Ursula Meyer sur le street art. Des conférences ont également appelé le public à réfléchir sur l'industrie culturelle au Cameroun, les arts visuels ou encore le cinéma.

En cinq éditions, les RAVY sont devenues une vitrine des arts visuels, avec une augmentation du nombre d'artistes invités et la multiplication des partenaires. Quant au public il était, pour les expositions en intérieur essentiellement composé d'artistes, de journalistes et de quelques curieux. Tandis que les performances dans la rue ont véritablement rassemblé des foules non forcément au fait de la présence des rencontres d'arts visuels. Les RAVY continuent ainsi de creuser leur sillon pour s'imposer sur la scène internationale de l'art contemporain.

Source : Africultures

16 août 2016
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu