LA CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU VALIDE L'ÉTUDE SUR LE COMMERCE DE BIENS ET SERVICES CULTURELS ENTRE L’UE ET LA CEDEAO

Printer Friendly and PDF
A student stands in front of a work by Ghanaian artist El Anatsui at the Brooklyn Museum. Photo: Toni Gauther/arts.stanford.edu/ - See more at: http://afkinsider.com/105533/opinion-africans-should-see-culture-the-same-way-they-see-mining-and-oil/#sthash.SGTxADLw.dpuf

La Conférence de haut niveau valide l'étude sur le commerce de biens et services culturels entre l’EU et la CEDEAO

La conférence s’est tenue les 22 et 23 octobre à Accra

 

Une conférence de haut niveau sur le commerce des services culturels entre l'UE et les pays de la CEDEAO qui a eu lieu à Accra les 22 et 23 octobre, a approuvé une étude qui pourrait être utilisée comme base pour le développement de la culture et du commerce de biens et services culturels. L’étude sert notamment à faire pression sur les gouvernements des pays en développement pour soutenir le secteur des arts et de la culture au sein de la CEDEAO.

Le rapport est une analyse complète et exhaustive des différents secteurs de la culture au Ghana, au Nigeria, en Sierra Leone et en Gambie. Tout en identifiant les faiblesses et les forces des secteurs culturels, l’étude plaide pour une majeure prise en compte de la culture dans le cadre de l’Accord de Partenariat Economique UE-CEDEAO (EPA).

Le rapport a constaté que le secteur de la culture en Afrique de l'Ouest est confronté à un certain nombre de défis qui retardent sa croissance.

L'un des majeurs problèmes est l'absence de lois efficaces pour faire appliquer les droits de la propriété intellectuelle; l’infraction du code de droits d’auteur infligée aux artistes, ainsi que les restrictions dans l’octroi des visas par les pays européens, ce qui limite fortement le développement de l'art africain sur les marchés européens.

Un autre problème consiste dans la mauvaise qualité de certaines œuvres artistiques, ainsi que le manque de politiques et de règlementation pour soutenir la croissance du secteur. Le manque de financement pour les artistes et l'absence d'associations solides, qui puissent faire pression sur les gouvernements, sont perçus également comme des enjeux majeurs.

La conférence de deux jours a été organisée par le Centre de culture et d'études africaines (CeCast), Kwame Nkrumah University of Science & Technology, en collaboration avec d'autres institutions œuvrant dans la culture en Afrique de l'Ouest.

Dans son discours d’ouverture, Mme Dzifa Gomashie, vice-ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, a mis l’accent sur le rôle prépondérant du secteur de la culture pour l'intégration régionale et la réduction de la pauvreté dans le développement économique. Elle a également réitéré la détermination du gouvernement à persévérer dans le soutien du secteur de la création artistique, reconnu comme un facteur clé de la croissance économique.

Le représentant de l’UNESCO au Ghana, M. Carl Ampah a lancé un appel aux pays développés afin d’accorder le traitement préférentiel aux artistes et autres professionnels culturels des pays en développement. Il a invité les pays européens à faciliter les acquisitions de visa et l'accès du marché aux produits et services culturels africains. Il a aussi exhorté les gouvernements des pays en expansion à souscrire aux Conventions de l’UNESCO.

Dans son allocution, Mme Vesta Adu-Gyamfi, responsable du CeCast, KNUST a souligné que la conférence était nécessaire pour faciliter le dialogue avec le milieu universitaire, les associations d'artistes, les responsables gouvernementaux et les groupes artistiques clés de la région de la CEDEAO sur le rôle du secteur de la culture dans le développement économique durable, l'intégration régionale et la réduction de la pauvreté.

Le directeur de la littérature et des arts du Centre national pour les arts et la culture (CNAC, Gambie), Cheikh Omar Jallow a déclaré que le CNAC était heureux d'être partenaire de cette initiative qui a permis d’aboutir au projet de croissance de la compétitivité en Gambie, un projet soutenu par la Banque Mondiale destiné à soutenir les artistes en Gambie avec des micro subventions.

La conférence a vu la participation d’autres orateurs prestigieux, comme les représentants de la Sierra Leone Film Guild (Guilde SILFILM), de la Chambre de Commerce et de l'Agriculture de Sierra Leone, et de l’Association des professionnels nigérians du théâtre des arts (NANTAP)

La conférence a été organisée grâce au soutien du Programme ACPCultures+, mis en œuvre par le Groupe des Etats ACP et financé par l'Union européenne. Pour plus d'informations cliquez sur le lien suivant : www.cecast-knust.com.

 

 

Traduit par Aida Amasuno Martín

 

30 octobre 2015
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu