FRANÇOIS BAUDRY, COORDINATEUR DU PROJET BÉNÉFICIAIRE "ACP 3D"

Printer Friendly and PDF
03 octobre 2014

Les étudiants de la première promotion du projet ACP 3D, avec le directeur de l'IAM, M. Fall (à g.) et l'un des professeurs, M. Malick Faye Diagne, devant l'Institut Africain de Management, à Dakar.

Que vous apporte le soutien du Programme ACPCultures+ dans la réalisation de votre projet ?

Ce soutien est essentiel, pas seulement en terme financier. Grâce au programme ACPCultures+, les partenaires ont appris à travailler ensemble pour une meilleure cohérence et à structurer le projet dans la perspective d'une réelle durabilité. En outre, une réunion avec les initiateurs des autres projets  a permis de créer des contacts utiles pour le futur des étudiants.

La première promotion du projet ACP 3D a commencé début septembre sa formation à l’Institut Africain du Management de Dakar. Comment s’est passée cette rentrée ?

L'accueil des étudiants s'est correctement déroulé. Les premiers cours avec le directeur des études ont débuté. Les logements, la restauration, les salles de cours et le matériel nécessaires sont en place et fonctionnent suivant nos plans.

Suite à l’appel à candidatures lancé en février 2013, vous avez reçu plus de 400 dossiers. Comment s’est effectuée la sélection des dix étudiants retenus ?

Les dossiers des candidats devaient contenir un maximum d’informations sur la qualité de leurs études et leur volonté de poursuivre une formation 3D. Il leur était demandé une lettre de motivation, un “book“ électronique, des liens internet si nécessaire et pour finir le petit scénario d’une histoire courte qui leur tenait à coeur. Une fois éliminés les dossiers fantaisistes ou incomplets, bien que relancés plusieurs fois, il est resté une quarantaine de dossiers tout à fait convenables. Nous avons fait une audition skype ou téléphonique des candidats qui on parfois complété leurs dossiers de travaux personnels. Finalement nous avons sélectionné les 10 meilleurs dossiers de candidats montrant clairement leur désir d’apprendre un métier qu’ils avaient bien souvent déjà découvert à travers leur travail et parfois leur formation artistique.

Pouvez-vous nous brosser un portrait rapide de cette première promotion ? Quels sont ses points forts et ses points faibles ? Dans quel état d’esprit ces jeunes talents sont-ils ? 

Venant de pays où il est difficile de se former dans cette spécialité, ces filles et garçons sont très motivés. Ils devraient former une sorte de “dream team“ car pour la majorité, leur parcours artistique a déjà révélé leur potentiel, voire leur talent. Le seul point faible qu’ils pourraient avoir serait de penser que leur point de vue est le seul valable dans une profession qui ne cesse de se recomposer. Ils doivent avoir l’esprit le plus ouvert possible pour échanger réellement entre eux et développer leur travail sur des bases saines structurées par l’enseignement que leur donnera Malick Faye Diagne, leur “maître“ d’études.

Quel est le programme de formation pour cette première année ? Qui sont les formateurs ?

Malick Faye Diagne est le formateur référent, il sera accompagné de Laza pour la direction artistique et d’intervenants extérieurs issus de la profession pour des master class sur les points les plus sensibles de la formation. Dominique Guillotin est chargé de la cohérence pédagogique du projet en tant que Directeur pédagogique

La première année est destinée à la construction de bases solides. Travail de dessin pur, animation traditionnel 2D, exploration et intégration des principaux logiciel d’animation 2D et 3D, histoire du cinéma, histoire de l’animation, étude de films traditionnels et d’animation, travail sur le son, la musique, de prise de vue, de lumière, de décor, notion de stop motion, de motion capture, travail de story-board et donc de découpage, écriture de scénario, notion de production. Un travail personnel se développera pour mettre en oeuvre les acquis des cours et du travail d’ateliers.

Une année dense qui doit permettre de définir un projet de film solide en seconde année. Un pas important vers le professionnalisme.

Cette formation en animation 2D et 3D se déroule à l’IAM (Institut Africain de Management) de Dakar. Quelles interactions sont prévues entre l’école et la promotion ACP 3D ?

La promotion est totalement intégrée aux autres formations (Communication, Marketing, finance, …) et les étudiants des autres sections vont côtoyer les étudiants ACP3D. Il y aura donc des échanges fructueux au sein de l'école avec un brassage culturel intéressant.

Quelles sont selon vous les enjeux de développement d’une filière pérenne en animation 2D et 3D dans les pays ACP ?

Le marché de l’animation 2D et 3D est en pleine mutation avec le développement des nouvelles technologies. On voit fleurir aujourd’hui de très nombreux longs métrages et séries TV utilisant ces techniques d’animation et qui remportent de gros succès commerciaux mondiaux. De même l’exploitation de ces animations est de plus en plus recherchée tant pour les jeux vidéos, les génériques, les spots publicitaires que pour les films institutionnels. L’animation 2D est d’ores et déjà en développement dans plusieurs pays ACP. En revanche, l’animation 3D via les nouvelles technologies informatiques est quasiment absente, notamment en raison d’un manque de structures de formation équipées des technologies d’animation nécessaires et d’un déficit d’enseignants. Dans ce marché où l’animation 2D et 3D est en pleine expansion et pour lequel les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) sont quasiment absents, l’objectif du projet est de renforcer la capacités des professionnels des pays ACP en vue de la production de films d’animation 3D pour répondre à leurs propres besoins (plutôt que de les importer), mais aussi pour gagner des parts de marchés à l’export à l’instar de ce que fait l’Asie pour l’animation 2D, avec la constitution d’une filière pérenne de conception-fabrication de films d’animation 3D au sein des états ACP

 Les étudiants de la première promotion du projet ACP 3D, durant un  cours de leur professeur Malick Faye Diagne

© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu