DevDays 2015 : les opérateurs culturels appellent à plus de culture dans les relations extérieures de l'UE au cours du séminaire « La culture sous le feu des projecteurs : approches innovantes et développement durable » organisé le 4 juin

Printer Friendly and PDF

DevDays : les opérateurs culturels appellent à plus de culture dans les relations extérieures de l'UE 

Dans le cadre des DevDays, l'Union européenne a rassemblé le 4 juin dernier d'important décideurs, organisations internationales (UNESCO, UNEP, etc.), professionnels du milieu académique et des organisations de la société civile afin de débattre de « La culture sous le feu des projecteurs : approches innovantes et développement durable ».

Sandro De Luca a présenté les résultats et l'impact de son projet « architecture en terre » (soutenu par le Programme ACPCultures+). « Ce que nous avons appris c'est que les projets culturels peuvent être mis en place dans des pays et sociétés fragiles, tels que le Niger. Nous avons pu nous garantir une attention et un soutien politique forts dans les pays où nous avons travaillé. La participation locale est la clé des politiques durables. Il est aussi essentiel de créer une entente claire du public sur la façon dont la culture modèle le développement et vice versa », a-t-il déclaré.

Les participants ont unanimement  appelé à une réorientation des politiques extérieures de l'UE afin de mettre l'accent sur l'intégration de la culture dans les programmes de développement.

Le concept a été défendu de manière intensive par Patrick Worms, Conseiller en politique pour le Centre Mondial d'Agroforesterie, basé à Nairobi, paradoxalement un opérateur non-culturel. « Notre organisation est composée de scientifiques. Nous avons développé des techniques qui permettent au monde entier d'être nourri de manière correcte. Cela n'implique pas forcement de composantes chimiques, plus de mécanisation ou plus de capital. Nos solutions nécessitent peu de capital, des travailleurs et sont efficaces. Ce que nous devons faire, c'est changer le comportement des millions de propriétaires agraires », a-t-il commenté. « Pour changer les comportements, les scientifiques ont réellement besoin de la culture. Pas seulement parce que la culture est un bien en elle-même pour le savoir traditionnel, mais aussi parce qu'elle est la porte d'entrée des nouvelles idées dans la tête des populations. En tant que scientifiques, nous ne savons pas forcément comment utiliser la culture. Cela ne relève pas de notre domaine. La culture est un élément marketing extraordinaire et peut être utilisé de manière transversale pour les programmes développement aient un impact plus important », a-t-il conclu.

Un autre exemple sur la manière dont la culture peut changer les mentalités et contribuer à la paix a été apporté par Rhonna Marita, une actrice qui a joué dans « States of Changes », une performance théâtrale des Îles Salomon. La performance a été le vecteur de communication pour s'adresser aux femmes subissant des violences conjugales et pour accroitre la participation féminine dans la société civile. Le projet a été mis en place le British Council et financé par l'UE. « Le théâtre a changé ma vie », a déclaré Rhonna Marita. « Les choses que nous avons apprises à travers le projet nous ont rendu plus confiantes pour parler des violences faites aux femmes. Ces violences sont endémiques dans la société Mélanésienne, mais les femmes ont tendance à garder cela secret, et n'en parlent pas en public. C'est un vrai sujet tabou dans notre pays. Avant, c'était un problème qui restait cantonné dans le cadre strictement familial. Maintenant le groupe exhorte les femmes à s'exprimer. Nous expliquons ce qui arrive aux femmes, puis nous discutons après chaque performance avec les hommes », a-t-elle expliqué.

« Aujourd'hui, la culture est un paramètre que personne ne peut ignorer en cherchant ou en parlant d'un modèle de développement durable équilibré. De même, la défense et la gestion de notre culture constitue une valeur forte de notre société », a résumé Lotte Knudsen, Directeur du Développement Humain et de la Migration à la Commission européenne. « L'UE a de grandes ambitions dans le secteur culturel », a-t-elle déclaré.

08 juin 2015
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu