BONNES PRATIQUES : RENFORCER LES INDUSTRIES CULTURELLES DU PACIFIQUE

Printer Friendly and PDF

BONNES PRATIQUES DU PROGRAMME ACPCULTURES+ : Renforcer les industries culturelles du Pacifique

Îles Fidji, Samoa et Salomon

Le projet a amélioré drastiquement la coopération régionale et les connaissances

Lancé par le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (SPC), le projet a mis en œuvre un large soutien pour le développement des industries culturelles dans trois pays : les Îles Fidji, Samoa et Salomon. Parmi les activités phares du projet, on compte le renforcement des politiques culturelles et des structures de régulations, le renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles, et le développement d’une boîte à outils.

« L’obstacle principal est l’absence d’infrastructures adéquates, avec de faibles capacités institutionnelles essentielles au soutien du développement de l’industrie. La commercialisation des biens et services culturels n’est pas performante et n’a pas de connexion avec le secteur de l’exportation. Les entreprises qui travaillent dans le secteur de la culture sont des micro-entreprises ou des PME, caractérisées par le manque de sens de l’esprit d’entreprise et le faible taux de risque. Les associations culturelles manquent de structure et de capacités managériales », explique Jessie McComb, agent culturel du SPC. « Grâce à ce projet et à la contribution du programme ACPCultures+, nous avons amélioré la coordination et le dialogue entre les associations d’arts/de culture et les départements du secteur public et des agences de développement. Dans un second temps, nous avons formé des opérateurs de la culture dans les domaines stratégiques clés : développement des services financiers, promotion commerciale, application et protection des droits d’auteur. Nous offrons un service de coaching stratégique aux associations, aux organisations culturelles et aux artistes individuels. Nous avons amélioré les capacités d’entreprenariat dans les micros et petites entreprises », ajoute-t-elle.

Les résultats sont mesurables de façon très concrète.

Ateliers de promotion du secteur stratégique national

Ces trois pays ont développé des structures stratégiques pour le développement de leurs industries culturelles nationales. Ces documents sont la fondation des stratégies de la promotion nationale. Ces structures sont implantées sur les Îles Fidji, Samoa et Salomon en partenariat avec d’autres ministères du gouvernement et des actionnaires du secteur privé. Le ministère de l’éducation, du sport et de la culture (MESC) de Samoa a inclus la structure stratégique comme faisant partie de leur politique nationale qui sera lancée au second semestre 2017. Ces structures sont essentielles à la viabilité du projet puisqu’elles soutiendront les ministères responsables pour les industries de la culture dans leur développement continu du secteur et mèneront leurs activités sur les 2-3 prochaines années.

Mise en place des ateliers de renforcement des capacités

Plusieurs ateliers seront mis en place des les Îles Fidji, Samoa et Salomon. Les partenaires ont présenté des ateliers de renforcement des capacités des collectifs et des associations dans les trois pays, en mettant particulièrement l’accent sur les besoins des actionnaires dans chaque pays. A Fidji, l’atelier était tourné vers le renforcement de la confiance et les relations entre les producteurs et a fourni des informations sur les différents types de collectifs existants dans le pays. En résultat de quoi, les producteurs d’arts de la scène sont en train de former l’alliance « Islands Performing Arts Alliance », une association industrielle pour représenter les besoins des musiciens, des danseurs, des artistes du « spoken word » et d’autres artistes. Les artistes d’art visuel ont continué le dialogue à travers des sessions Talanoas pour construire la confiance. Un atelier particulier a été tenu pour soutenir le développement du Fashion Council de Fidji. En découle le lancement de leur plan stratégique et opérationnel. A Samoa, l’atelier était tourné vers le renforcement des capacités du Conseil des Arts de Samoa qui est l’organisation supportrice des arts nationaux du pays. Il en résulte un plan stratégique et constitutionnel révisé pour soutenir le secteur. Sur les Îles Salomon, l’atelier s’est concentré sur le renforcement des capacités de plus de 18 collectifs existants, lequel a inclus un soutien spécifique sur les opérations des associations.

Atelier sur la propriété intellectuelle et campagnes de sensibilisation

Aux Fidji, l’atelier a été tenu en partenariat avec l’office de propriété intellectuelle de Fidji (FIPO) et l’autorité des recettes et des douanes de Fidji (FIRCA). Cela a permis de créer un espace de dialogue important entre les agents, les exécuteurs et les producteurs, ainsi que d’augmenter les connaissances sur le sujet de la propriété intellectuelle. Sur les Îles Samoa, l’atelier a été tenu en partenariat avec le Ministère du commerce, de l’industrie et de travail (MCIL), l’autorité gouvernementale avec le mandat pour la propriété intellectuelle.

Les producteurs culturels ont été formés sur les mesures de droit d’auteur et d’enregistrement des marques. Le MCIL a pris en considération les préoccupations des entrepreneurs. Sur les Îles Salomon, le régime actuel de protection de la propriété intellectuelle est caduc et inutile pour les producteurs. Les partenaires ont tenu un atelier de consultation sur le nouveau projet de loi traditionnel sur les connaissances et sur la stratégie préliminaire de la propriété intellectuelle afin d’avoir une meilleure compréhension des besoins des producteurs et de sensibiliser à l’importance de la propriété intellectuelle. Les partenaires ont également mis en place des campagnes de sensibilisation dans les trois pays pour accroître les connaissances publiques sur la propriété intellectuelle et son importance pour les industries culturelles.

Missions techniques

Une des parties qui a remporté le plus de succès était la mise en place de certains ateliers sur l’entreprenariat. En raison des demandes des partenaires et des producteurs, les partenaires ont animé en tout huit ateliers sur l’entreprenariat. Le programme a été développé en partenariat avec le Centre des petites entreprises de Samoa (SBEC) pour assurer la viabilité et la propriété locale. La formation visait particulièrement le besoin en producteurs culturels sur les marchés locaux, de l’export, de la diaspora et du tourisme en comblant les lacunes sur la chaîne de valeur dans la création, la production, la promotion et la distribution. Les participants ont appris à identifier un marché cible, à conduire des études de marchés, à créer un plan marketing et à développer des supports de marketing pertinents. Ces connaissances sont cruciales pour soutenir leur accès aux nouveaux marchés et ceux déjà existants.

L’atelier national a également soutenu le lancement de nouveaux partenariats au sein du gouvernement dont le travail du Conseil des Arts de Fidji avec le Ministère de la femme et le Ministère de l’industrie, du commerce et du tourisme sur le marquage et la certification pour les producteurs culturels.

« Le projet a drastiquement amélioré les connaissances et la coopération régionale qui est essentielle dans l’affirmation du rôle des industries culturelles dans le développement économique et social des Îles du Pacifiques. », conclu Mme McComb.

 

Plus de bonnes pratiques ICI 

28 juin 2017
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu