BONNES PRATIQUES DU PROGRAMME ACPCULTURES+: MUSIC BRIDGES

Printer Friendly and PDF

Bonnes pratiques du Programme ACPCultures+: Music Bridges

Un projet qui réunit le Pacifique, l'Afrique et l'Europe grâce à la musique

Avec le soutien du Programme ACPCultures+, 3 organisations se sont associées et ont créé un réseau de musiciens professionnels venant de 2 régions : la Mélanésie et l'Afrique du Sud

LE PROJET

Music Bridges, un projet soutenu par le Programme ACPCultures+ entre 2013 et 2014, visait à renforcer la création et la production musicale au Vanuatu et au Mozambique, en réalisant une coopération sud-sud, en créant un réseau de contacts et des circuits de distribution entre les milieux artistiques régionaux et européens.

De jeunes musiciens talentueux venant de deux régions différentes, la Mélanésie et le Sud de l'Afrique, ont suivi des résidences créatives afin de partager et de découvrir des façons innovantes pour faire leur promotion et celle de leur musique et de leur culture. Les activités comprenaient la participation à des camps musicaux, des concerts dans des festivals, la collaboration avec des artistes internationaux (de nombreux musiciens ont réciproquement participé aux camps et festivals) et le développement des compétences techniques, de gestion et de production pour saisir des opportunités et construire leurs carrières.

En 2 ans de projet, Music Bridges a travaillé avec 108 jeunes artistes venant des îles du Pacifique, de pays du Sud de l'Afrique et de l'Europe afin d'améliorer leur créativité et de renforcer leurs carrières musicales. Le projet a organisé deux évènements principaux: Singaot Musik Kamp dans le Vanuatu (octobre 2013) et Crossroads Music Camp au Mozambique (mai/juin 2014), ainsi que des concerts dans des festivals locaux ayant réuni 47000 spectateurs.

Afin de renforcer la création d'un réseau entre les pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique), le projet a également réalisé un mapping du secteur de la musique au Vanuatu et au Mozambique. Dans les deux pays, l'action a été menée par des acteurs locaux : au Mozambique par l'Instituto de Artes e Cultura (ISArC), tandis qu'au Vanuatu le partenaire Further Arts a travaillé avec des musiciens locaux ainsi qu'avec l'industrie de la musique et de la culture pour définir la recherche et collecter les informations sur les services et réseaux musicaux, tels que les artistes, les associations et les salles de concert.

Le projet a également renforcé leurs compétences et aptitudes musicales lors de séances d’improvisation favorisant l’apprentissage par l’échange d’expériences.  L'étude de différents styles et pratiques musicales avec de nouveaux instruments était un des points clés du processus.

Pour terminer, Music Bridges a organisé 3 stages de formation sur les droits d'auteurs, les licences et le marketing.

Selon la coordinatrice du projet, Federica Besana : “Music Bridges a été perçu comme une expérience positive, à différents points de vue : les musiciens ont partagé un grand enthousiasme pour les activités, voyant la méthodologie du camp musical comme un outil important pour développer leur talent, stimuler leur créativité, rencontrer des artistes internationaux et renforcer leur carrière musicale grâce à des outils professionnels, tout cela pour entrer dans l'industrie de la musique. Les acteurs impliqués dans le projet ont pleinement profité des opportunités offertes par Music Bridges, qui mettait sur scène de jeunes musiciens dans une démarche professionnelle, permettant au public d'avoir la chance de découvrir la musique traditionnelle d'autres pays. Les festivals, en particulier, ont montré que la présence d'artistes internationaux améliorait la réputation de ces évènements auprès des spectateurs.

LES CAMPS MUSICAUX

Lors du camp, les participants ont eu la chance de mieux comprendre l'expérience des autres musiciens et, de plus, l'organisation de moments spécifiques de partage des caractéristiques et traditions culturelles de chacun ont permis au groupe de connaitre d'autres contextes, tandis qu'ils se trouvaient de nombreux points en commun dans l'histoire, la culture et la musique. Durant ces deux années de projet, les organisations partenaires ont créé un véritable milieu collaboratif et le sentiment d’appartenir à une équipe UE-ACP a facilement contribué à la création d'un réseau international.

L'IMPACT

L'objectif général du projet était de renforcer l'industrie de la musique en tant que moyen pour réduire la pauvreté dans les pays ACP. Même s’il n’y a pas de statistiques pour mesurer l'impact économique de ce projet, celui-ci a un impact sur la carrière des musiciens ayant pris part aux activités. Une grande partie des groupes ayant participé aux premiers évènements de Music Bridges, tel que Simangavole (La Réunion) et Kuaamakonga (Îles Salomons), se sont produits à l'étranger dans les années suivantes, en particulier en Inde, en France et en Australie. En ce qui concerne les stagiaires en communication, l'une d'entre eux, Roselyne Tari, a été sélectionnée pour le programme de formation FemLINK Pacific Media and Advocacy.

Après l'évènement au Mozambique, les musiciens avaient envisagé la création d'un groupe de musique. L'enthousiasme engendré après la participation au camp musical a conduit les musiciens à se rencontrer régulièrement et à discuter, de manière dynamique, afin de trouver des moyens de réitérer les camps et de créer des échanges futurs et des opportunités de représentation. De plus, MusicCrossroads Mozambique développe actuellement le  « MusicCrossroads Academy Program » ayant pour but de promouvoir une formation musicale de qualité, en se concentrant particulièrement sur les styles traditionnels.

L’impact économique du projet a été évident. Les villages où se sont déroulés les évènements ont pris conscience des retombés économiques liés aux festivals et ont déjà accueilli deux autres évènements culturels (l'Île de Espiritu Santo, Vanuatu).

RESTRUCTURER L'INDUSTRIE DU DISQUE

Au Vanuatu, l'industrie du disque manque d'organisation : le premier évènement musical a lieu en 1996, il n'y a pas de studios d'enregistrement ni de musiciens pouvant vivre de leur musique. Le savoir-faire échangé entre les musiciens du camp, en termes de créativité et de gestion de la musique au niveau international, a ouvert la voie à une nouvelle approche des services et produits musicaux locaux. La participation aux deux festivals a amené des musiciens du Vanuatu sur les circuits de distribution locaux et régionaux. La présence d'artistes internationaux a apporté au festival local plus d'attention au niveau régional et l'activité sur les réseaux, réalisée au camp, a créé pour tous les musiciens de SMK de nouvelles opportunités sur la scène internationale. Plus particulièrement, pour les musiciens du Vanuatu, grâce à l'organisation de campagnes publicitaires en Australie lors du voyage au Mozambique, le projet a permis de nouvelles opportunités régionales pour les musiciens s'étant produits deux fois à Brisbane. Le groupe Blue King Brown a enregistré une nouvelle chanson avec des musiciens de Music Bridges (vidéo tournée au Vanuatu lors de SMK) qui a obtenu 224.000 vues. La distribution de sorties de Music Bridges a atteint 646.833 personnes grâce à la campagne MB et 2.000 DVD ont été distribués en Europe, au Mozambique (et dans les pays du Sud de l’Afrique) et au Vanuatu (et les pays du Pacifique).

En ce qui concerne le Mozambique, même si l'industrie de la musique est plus organisée, les possibilités pour les jeunes groupes sont limitées et les représentations dans de grands évènements ne sont pas très courantes. Avoir la chance de présenter leur musique originale devant 2.000 personnes, a offert aux groupes de Music Bridges l'opportunité de montrer leur talent et d'être invités à d'autres évènements.

FORMATIONS

Music Bridges a également organisé de nombreuses formations.

Après avoir participé aux ateliers sur les droits d'auteurs et Creative Commons, la plupart des participants avaient une idée plus précise des instruments tels que les droits d'auteur et les licences sur le plan des règles internationales. La majorité des musiciens ne connaissaient pas les droits d'auteur, avaient une vague idée du système de copyright et aucune connaissance sur les licences libres. Lors du premier évènement au Vanuatu, l'élection de musicien Ni-Vanuatu pour lancer la fondation de la première société de gestion du Vanuatu a été un aboutissement inattendu et positif.

De plus, l'intention d'ouvrir une Creative Commons Mozambique avec Music Crossroads Mozambique et au Malawi avec Music Crossroads Malawi va dans le sens d'une industrie de la musique plus organisée dans les ACP. Les participants ont affirmé avoir l'intention d'utiliser certains des outils acquis pour promouvoir et distribuer leur musique.

Particulièrement après les ateliers au Mozambique, la majorité des musiciens a exprimé être intéressé par la mise en pratique des outils de Creative Commons pour promouvoir leur musique.

DURABILITE

Nombreux ont été ceux qui ont proposé de poursuivre Music Bridges, soulignant le résultat positif de cette action. La coopération sud-sud et la constitution d'un réseau, en particulier, se sont montrés être des actions concrètes et positives. Les deux camps musicaux ont été des étapes importantes pour la construction de relations, formelles et informelles, qui ont été reconduites en dehors du cadre du projet.

Tous les acteurs rencontrés et inclus dans les deux activités de recherche ont été impliqués dans la communication internet. Le réseau compte 179 membres et peut-être visualisé sur le site internet de Music Bridges (www.musicbridgesconnect.org). Grâce à cette action, les musiciens sont plus conscients de leur identité d'artiste, cela leur permet d'identifier leurs besoins et les possibilités de développement pour atteindre un niveau plus élevé de normes professionnelles et de qualité artistique.

Voyant l'impact positif de la méthodologie utilisée pour le projet Music Bridges, des partenaires et des musiciens ont décidé de recréer un évènement à petit échelle afin d'entrainer les artistes régionaux à vivre un camp artistique. En novembre 2014, Further Arts a organisé un camp de musique et danse, avec des danseurs et musiciens traditionnels venant des différentes Îles du Vanuatu, formant un partage d'expériences concentré sur la culture régionale. Les musiciens du Mozambique ont montré, juste après la fin de Music Bridges, une attitude dynamique pour reproduire des camps et créer des échanges futurs mais la distance et le manque de fonds dédiés ont limité leur ambition. Après la fin du projet, de nombreux musiciens du sud de l'Afrique ayant participé à Music Bridges ont travaillé dur pendant des mois et entrent maintenant dans l'industrie de la musique en tant que musiciens professionnels. Tapz Tapuwanashe Munya du Zimbabwe, avec son groupe Savannah Afros, a enregistré un album en 2015, a fait des concerts dans de nombreux évènements et reçoit une couverture médiatique régionale. Sanderson Mphapo du Malawi a été sélectionné parmi les jeunes étudiants de la Music Crossroads Academy pour participer au programme d'échange du Mozambique et a été diplômé en 2015. Tigerman de Xai Xai, au Mozambique, a enregistré professionnellement sa première chanson (octobre 2015)  et l'a déposé sur une plateforme de partage de musique pour un téléchargement gratuit. Banda Marrove de Nampula (Mozambique) a commencé à se représenter dans des lieux touristiques locaux et a organisé une séance photo en tenues traditionnelles  pour sa communication. Les Banda Tudulos de Quelimane font des concerts dans des évènements plus importants. Les stagiaires en communication ont eux aussi profité d'opportunités plus importantes: Marilia Pessane du Mozambique a participé en 2015 au Festival Sauti za Busara en Tanzanie au sein de l'équipe de presse. Les musiciens de Music Bridges sont toujours liés et grâce aux réseaux sociaux ils supportent et promeuvent les succès des uns et des autres.

Selon le musicien James Ratusla de Fiji, “Music Bridges est un élément indispensable pour que les artistes passionnés puissent exprimer les rythmes, les chants et la culture auxquels ils sont profondément attachés, et partager tout cela sur la scène internationale. J'ai été honoré de participer à ce camp musical et je voudrais que mon groupe soit plus impliqué dans ces ateliers. Nous avons absolument besoin d'être exposés et reconnus par les organisateurs des World Music Festivals. Music Bridges est notre seul espoir pour le moment”.

Music Bridges a été un facteur déterminant pour l'autonomie financière des musiciens. Le projet a renforcé la conscience des musiciens en tant qu’artistes, leur permettant de comprendre leurs besoins et leurs possibilités de développement, afin d'atteindre un niveau de normes professionnelles et de qualité artistique plus élevé. L'action a également renforcé leurs compétences et leurs capacités musicales grâce à des jam sessions improvisées. L'étude de divers styles de musique et la pratique avec de nouveaux instruments ont été un élément clé du processus. Music Bridges a permis aux musiciens d’approfondir la connaissance pour gérer leur propre carrière de manière stratégique. Les ateliers ont permis de faire des choix de carrière appropriés de manière professionnelle et avec une attitude prudente, réduisant ainsi les chances d'être exploitées par des opérateurs du secteur de l'industrie de la musique. Les ateliers sur les droits d'auteur et les licences ont été particulièrement réussis.

Grâce à la participation des populations locales, le projet a amélioré la visibilité, la popularité et la réputation des musiciens au niveau local, régional et international grâce à leur performance dans les festivals et leur présence sur le net.

 Pour plus de "bonnes pratiques" du Programme ACPCultures+, cliquez ICI

10 novembre 2015
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu