BONNES PRATIQUES DU PROGRAMME ACPCULTURES+ : LITTAFCAR

Printer Friendly and PDF

BONNES PRATIQUES DU PROGRAMME ACPCultures+: LITTAFCAR

Réseau de centres culturels pour la promotion des littératures d’Afrique et des Caraïbes

Grâce au support d’ACPCultures+, quatre centres culturels se sont mis en réseau pour mieux promouvoir les littératures, les écrivains et les événements littéraires d’Afrique et des Caraïbes

 

LITTAFCAR.ORG est un réseau de centres culturels qui, à travers le monde, partagent la mission de promouvoir les littératures d’Afrique et des Caraïbes. Ce réseau, initié par l’ONG culturelle belge Coopération Education Culture (CEC) et sa bibliothèque spécialisée au cœur de l’espace Césaire à Bruxelles, implique aujourd’hui déjà trois autres centres situés au Bénin, au Rwanda et en Haïti, avec leurs bibliothèques respectives : les bibliothèques Monique Calixte et Katherine Dunham de la FOKAL (Port-au-Prince), la bibliothèque Nicéphore Soglo du centre Artisttik Africa (Cotonou) et l’espace Madiba d’ISHYO (Kigali). 

« La première étape du projet était de renforcer les bibliothèques des trois centres partenaires du projet, afin que chacune devienne un centre de référence en rapport aux littératures de sa sous-région, avec un point d’ancrage pour la promotion de ces littératures en Europe par l’intermédiaire de CEC et de l’espace Césaire », explique Dominique Gillerot, coordinatrice de l’action. « Le projet permet ainsi de couvrir de grands espaces littéraires, comprenant les littératures des Caraïbes, de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale et de l’Est. Les centres ont donc pu faire d’importantes acquisitions d’ouvrages. Ces acquisitions, réalisées en collaboration avec des libraires dans chacun des pays, se sont poursuivies en fonction d’initiatives développées par les professionnels du livre sur place, tels les caravanes du livre, ou encore le développement des activités d’Afrilivres, -structure de diffusion-distribution d’éditeurs francophones d’Afrique ».

Par ailleurs, les centres ont répertorié les archives écrites, audio et audiovisuelles en lien avec ces littératures (interviews d’auteurs, expositions sur des mouvements littéraires, lectures etc.) et mises à disposition sur le site littafcar.org. « Grâce à cette collaboration internationale et à une politique de communication commune, les centres sont reconnus pour leur expertise et offre des services par les professionnels du livre et de la littérature et par le grand public en général », confirme Monique Calixte de la bibliothèque Fokal. « Nous avons réalisé une promotion très marquée des centres auprès d’un large public. Nous sommes des agents culturels et grâce au projet nous avons pu développer notre politique de promotion. Nous avons organisé des rencontres littéraires, des lectures, des spectacles… Nos centres sont situés dans des quartiers où il y a beaucoup d’écoles et où le but est aussi d’offrir une bibliothèque », explique-t-elle.

La coopération s’est concrétisée grâce au lancement d’un site web commun, des ateliers d’échanges, et la mise à disposition d’une bibliothèque numérique (plus de 800 titres disponibles). Les centres disposent en outre d’une licence d’accès au service Bibliovox,  des éditeurs rejoignent le service en proposant une partie de leur catalogue dans la bibliothèque numérique.

« Je pense que ce projet constitue véritablement un exemple de bonne pratique en termes de partenariat pérenne entre professionnels européens et des pays ACP. Nos 4 institutions ont posé les bases d’une collaboration durable, grâce notamment à la signature d’une charte de bonne gouvernance du réseau », explique Dominique Gillerot.

Mais la coopération n’est pas le seul atout du projet. Courant 2015, des modules de formation en ligne aux littératures d’Afrique et des Caraïbes ont été mis à disposition sur le site du projet. Les cours en ligne proposent un système numérique intégré répondant aux attentes des professionnels du secteur (enseignants, chercheurs, éditeurs…) avec lesquels des contacts ont été établis pour un développement pérenne de la plateforme.

« Nous avons commencé par développer deux modules de cours consacrés aux littératures africaines et caribéennes. » explique Dominique Gillerot. « L’idée est que les enseignants mettent le module à disposition d’autres enseignants, qui ne sont pas forcément uniquement des professeurs d’université. Cela pourrait servir, par exemple à des bibliothécaires qui veulent se former. Ces modules peuvent être d’excellents compléments pour les enseignants qui enseignent dans des régions différentes. Le cours est proposé en deux parties : d’abord une approche qu’on peut qualifier de « classique », qui suit un canevas chronologique. Ensuite, le cours propose une approche par « constellation », un ensemble de thématiques de types archipélagiques, où la dimension chronologique laisse la place à la mise en perspective d’auteurs et d’œuvres littéraires autour de visions du monde, partagées ou non, sans prendre nécessairement en compte les dimensions géographiques et/ou temporelles. »

La combinaison d’une action locale (renforcement des bibliothèques des centres partenaires) et une action de promotion au niveau international (réseau) ont permis de développer une vision globale sur les besoins du secteur du livre et de ses principaux acteurs et de mettre en place un environnement favorable pour le développement de la culture de la lecture, la reconnaissance de la contribution des littératures d’Afrique et des Caraïbes au patrimoine littéraire mondial ainsi que le renforcement des capacités de acteurs du secteur.

 Pour plus de "bonnes pratiques" du Programme ACPCultures+, cliquez ICI

29 avril 2016
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu