BONNES PRATIQUES DU PROGRAMME ACPCULTURES+: LE FESTIVAL AFRICA FETE ITINERANT

Printer Friendly and PDF

BONNES PRATIQUES du programme acpcultures+ : le Festival Africa Fete Itinerant

Le Festival Africa Fête Itinérant a montré qu’il existe une réelle demande du public pour du contenu africain

Le projet Festival Africa Fête Itinérant a consisté à produire et exporter un des plus vieux festivals de musiques africaines, le festival Africa Fête, dans 4 pays dont 3 pays africains. Le FAFI a réuni près de 50.000 spectateurs.

Comme l’explique la présidente de Tringa Musiques et Développement, Daba Sarr, qui a géré le projet,  « Africa Fête ne représente pas uniquement un festival, c’est surtout un projet de développement de la musique africaine. Cette initiative inclut de la formation, de la production, de la promotion, de la diffusion et de la création dans le domaine musical. Ainsi, l’objectif du FAFI est de promouvoir les nouveaux talents africains, de favoriser la création entre les artistes, de promouvoir la diversité musicale africaine, de faciliter l’accessibilité des concerts à un large public, d’accompagner la professionnalisation des acteurs culturels, dans le but de contribuer au développement économique, culturel et social du continent africain. »

Sur trois ans, le FAFI a connu 6 éditions (une en 2013 au Sénégal, deux en 2014 au Cameroun et au Bénin, trois en 2015 en France, au Cameroun et au Sénégal), 183 groupes musicaux programmés, plus de 1000 artistes et professionnels de la culture impliqués, des concerts, des rencontres professionnelles, des ateliers, des expositions, des masters class, un village associatif, un marché des artisans (marché de Noël), des diffusions de films…

La résidence artistique, une des principales activités, s’est tenue sur 4 étapes durant les 6 éditions du FAFI. Elle a réuni plus d’une trentaine d’artistes des pays visités à savoir le  Sénégal, le Cameroun, le Bénin et la France. Le projet a permis de faire circuler une trentaine d’artistes et de professionnel de la culture en Afrique (Sénégal, Benin, Cameroun) et en Europe (France), d’échanger avec un nouveau public, de faire découvrir de nouvelles formes musicales entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique Centrale et l’Europe. Cette expérience a également permis de croiser les expériences de travail, d’échanger les savoirs et savoir-faire, de transférer les compétences, de mieux appréhender le travail en réseau, de mettre en œuvre des partenariats et de transférer et/ou mutualiser les compétences.

 

Un travail d’équipe

Concernant le choix de la programmation artistique, chacun des partenaires a assumé le choix de sa propre programmation, qu’il a proposé à Tringa Musiques et Développement. Chacun des partenaires a affirmé une volonté d’assurer une grande diversité musicale et de donner une priorité aux jeunes talents : sur les 75 groupes d’artistes programmés, une grande majorité étaient des femmes et de jeunes artistes, qui évoluent dans des styles musicaux représentatifs des musiques actuelles : fusion (moderne et traditionnel), hip hop, bikutsi, mbalax, R’n’B, afrojazz, reggae, world music, acoustique…

Grâce au succès des événements, (résidences artistiques, concerts,..), le partenariat avec les partenaires sénégalais et camerounais ont été renouvelés même après la fin de la contribution d’ACPCultures+.

 

L’accroissement de la notoriété

Le projet FAFI a contribué à accroître la résonance d’Africa Fête et des partenaires du projet tant au niveau du continent Africain qu’en France. « Il a été un argument supplémentaire permettant de renforcer la crédibilité de nos associations auprès des collectivités, des institutions, des partenaires, des professionnels du secteur culturel, des médias et du public. Grâce aux rencontres et échanges annuels organisés et à la transparence dans la réalisation de ses actions, Africa Fête a gagné la confiance de ses partenaires qui répondent toujours présents à chaque appel de l’association. Nous avons eu même des facilitations bancaires importantes, chose assez rare en Afrique pour un projet culturel », rappelle Daba Sarr.

Africa Fête est inscrit sur l’agenda national culturel et touristique du Sénégal et de la Ville de Marseille et s’inscrit désormais comme un rendez-vous annuel musical attendu par les villes.

Les partenaires du festival sont impliqués dans les rencontres organisées par l’état et/ou le ministère de la culture et de la communication du Sénégal pour réfléchir sur les stratégies de développement du secteur culturel dans le pays. Les ministères de la culture des pays visités, au-delà de leur soutien financier, ont eu une réelle implication dans le FAFI.

Grâce au succès du projet FAFI et à toute la communication déployée dans le cadre de sa réalisation, Africa Fête sont sollicités par plusieurs administrations, qui souhaitent organiser des concerts dans leur ville ou région.

 

Structuration du secteur musical africain

Le FAFI a permis de participer à la structuration du secteur musical africain, notamment en favorisant les échanges culturels et économiques entre les zones d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale. Les artistes et les opérateurs d’une dizaine de pays ont été impliqués : Sénégal, Bénin, Cameroun, France, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, RDC, Congo Brazza, Antilles, Brésil, Mali…

La participation au FAFI a permis d’accroitre de manière exponentielle la carrière et la notoriété des artistes. Ainsi, plus d’une trentaine de groupes ont participé à d’autres manifestations culturelles et ont été invités dans d’autres festivals en Europe et en Afrique.

« LE FAFI a contribué à structurer le secteur de la musique en Afrique, en offrant des formations et un renforcement des capacités. Des artistes, des acteurs / professionnels de la culture, des structures ont eu à se former et/ou renforcer leurs capacités. La pérennisation de postes, la création d’emploi, l’harmonisation des méthodes de travail, la mutualisation des compétences, l’échange font aussi le succès du FAFI ». souligne Daba Sarr

Quant au public, il a été nombreux et diversifié : particulièrement jeune dans les concerts populaires, il s’étendait à toutes les classes d’âge dans les soirées de gala et autres concerts, à lieu fermé. Les enfants étaient très représentés notamment au village associatif marseillais. Le festival itinérant au Sénégal a permis de visiter des régions dites reculées comme Tambacounda (vers la frontière malienne) ou la Casamance, dans le sud du Sénégal. Les éditions ont mélangé les jeunes artistes très prometteurs et déjà connus dans leur pays (ex : Sessimè du Bénin qui a joué pour la première fois au Sénégal, au Cameroun et en France) et des artistes confirmés qui ont accepté d’être les parrains de l’événement (comme Ismaël Lo au Cameroun ou Ray Lema en France).

 

Durabilité

Comme l’explique Daba Sarr « le projet FAFI a montré qu’il existe une réelle demande du public, des artistes, des partenaires et des producteurs de poursuivre l’aventure, sur le continent africain et ailleurs. D’autres producteurs d’autres pays (comme l’Italie, le Gabon, la Guinée) se sont également positionnés pour accueillir les prochaines éditions. Le Bénin, le Sénégal et la France, qui accueillent régulièrement le festival, envisagent de poursuivre la tenue du festival. C’est ainsi que nous souhaitons faire perdurer le festival Africa Fête et son projet d’itinérance ».

Il est important de souligner que le projet a contribué au développement de bonnes pratiques pour les artistes. « Dans chaque pays, les artistes et groupes musicaux programmés ont signé un contrat de prestation et ont été payés au plus tard le jour de leur représentation. Les droits d’auteurs ont été déclarés et payés. Le caractère formel du festival a été salué : conférence de presse, interviews programmés, contrat signé, loges équipées, catering fourni, qualité du matériel technique, du transport et de l’accueil. En France, chaque artiste a reçu une fiche de paie et avait obtenu au préalable une autorisation de travail », conclut la présidente du Festival.

 

Plus de bonnes pratiques ICI

06 janvier 2017
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu