BONNES PRATIQUES D’ACPCULTURES+ : SUD PLANETE

Printer Friendly and PDF

BONNES PRATIQUES d’ACPCULTURES+ : SUD PLANETE

Un site participatif contribue à la structuration des industries culturelles dans 22 pays ACP

Le site de Sudplanète, mis en place par Africultures, a accédé ces trois dernières années à une dimension référente, tant au niveau du nombre de données qu'au niveau de sa notoriété

Les objectifs du projet

L’objectif du projet Sudplanète était de pourvoir, dans chacun des pays concernés, un portail culturel de promotion et de mise en réseau issu d'une interface internationale commune.

Plusieurs objectifs spécifiques accompagnent cet objectif général : renforcer la promotion des produits culturels, renforcer les réseaux professionnels, structurer et développer l'information culturelle dans les pays ACP, renforcer le rôle de diffusion des festivals ou encore faciliter l'élaboration des politiques culturelles par les décideurs des pays concernés.

En presque 3 ans de mise en œuvre, 22 portails nationaux ont été développés, correspondant aux 22 pays du projet.

Chaque portail présente plusieurs fonctionnalités.

Kits de sites dédiés à des artistes ou à des œuvres artistiques

Ces kits ont été développés et mis en ligne sur l'espace “mon profil” accessible via la page d'accueil du site de Sudplanète et des portails nationaux. Ces kits permettent aux opérateurs culturels de réaliser des sites Internet eux-mêmes, gratuitement (sans payer ni la mise en ligne ni l'hébergement) et facilement. Il est possible de réaliser un site en quelques clics en ajoutant des pages et des contenus ou de modifier l'apparence du site (couleurs, images, polices).

En plus des kits “artistes” et “œuvres”, plusieurs autres kits ont été développés. Il en existe 6 au total : kit “personne” (pour les artistes/professionnels de la culture), kit “structure” (pour les associations, organisations, maisons de production ou d'édition…), kit “groupe” (pour les groupes de musique, compagnies de danse, troupes de théâtre…), kit “lieu” (pour les lieux culturels : centres culturels, galeries, théâtres, cinémas…), kit “film” (pour les producteurs de films : fictions, documentaires, courts métrages…), kit “festival” (pour les coordinateurs de festivals : qu’ils soient pluridisciplinaires ou dédiés à une discipline artistique).

Résultats du projet

Un premier résultat concret du projet a été la réalisation des 22 portails nationaux. Les sites et outils sont parfaitement fonctionnels, légers (prise en compte de la faiblesse des connexions locales), performants et simples d'utilisation.

Le travail de mise en ligne a été impressionnant. La base de données compte aujourd’hui plus de 42.000 personnes (artistes/professionnels) et 11.000 structures.

Le site de Sudplanète a accédé ces trois dernières années à une dimension référente, tant au niveau du nombre de données qu'au niveau de sa notoriété. Ce dernier point se manifeste dans le désir de nombre de projets et structures de collaborer avec Sudplanète et de fusionner leur base de données et réseaux pour éviter la duplication du travail et assurer une meilleure visibilité aux artistes. De belles synergies ont pu se mettre en place, tant autour du site de Sudplanète en lui-même qu'au sein du secteur culturel, mobilisé dans son ensemble et ayant maintenant la capacité de prendre en main sa propre communication et de tisser des liens entre acteurs. Africultures ne s'est pas substitué aux acteurs ACP, mais les a au contraire renforcés et accompagnés dans leur autonomie.

Renforcer la promotion des produits culturels

Cet objectif a été atteint grâce au développement du site Sudplanète, à la création des 22 portails nationaux, et aux outils rendant les acteurs culturels des pays ACP maîtres de leur propre communication : formulaires d'auto-présentation en ligne, permettant d'ajouter des informations concernant les artistes, œuvres, événements et projets ; kits de site Internet personnalisable ; espace presse.

Dans le projet Sudplanète, les NTIC sont un outil pour la promotion, le marketing et la distribution des biens et services culturels. Les professionnels culturels des pays ACP et leurs œuvres bénéficient à présent d'une large visibilité et audience à une échelle tant nationale qu'internationale, ils ont accès à de nombreuses informations et sont eux-mêmes accessibles. L'information sur les acteurs et produits culturels est désormais accessible gratuitement et facilement, par tous. Elle est organisée et lisible (ergonomie du site, outils de recherche multicritères). Sa circulation est facilitée non seulement grâce au site de Sudplanète et à ces portails nationaux en eux-mêmes, mais également grâce à la licence CC-BY-SA (Creative Commons Attribution Partage à l'identique) qui permet à d'autres sites, blogs, portails, catalogues, d'utiliser gratuitement les contenus de Sudplanète. Ainsi ces informations ne restent pas cantonnées au seul site Sudpanète, mais circulent très largement sur d'autres supports. C'est un gain de visibilité énorme pour les artistes, qui renforce nettement la promotion de leurs œuvres, matérielles (produits culturels « physiques » comme les livres, disques ou DVD) ou immatérielles (produits culturels type spectacles, concerts, projections etc.).

Renforcer les réseaux professionnels

Il s’agit d’un autre objectif déclaré du projet, qui a été atteint grâce aux formulaires de contact par mail sur les pages des professionnels, ce qui évite le dévoilement de l'adresse et donc les spams, aux pages métiers (avec informations spécifiques par secteur et région, et forums de discussion) et à l'espace projet.

Structuration du milieu

Le site a tous les effets bénéfiques d’une information exhaustive et structurée (programmations, tournées, diffusion des biens et services culturels) ; il mobilise les professionnels de la culture de tous les pays ACP pour qu'ils prennent en main leur propre communication, développant ainsi leur autonomie, et constitue une plateforme efficace de collaborations et de mise en réseaux.

Renforcer le rôle de diffusion des festivals

Cet objectif a été atteint grâce aux outils développés spécifiquement pour les festivals (kit de site festival, outil de création de catalogue, outil de pages de programmation), grâce à un agenda culturel mettant les festivals en son cœur et grâce à un outil de recherche permettant de rechercher les festivals par genre, discipline artistique, pays ou mois. Ce dernier outil facilite la collaboration des festivals : il évite par exemple que deux grands festivals de musique aient lieu en même temps en Afrique de l'Est et permet au contraire de caler les dates de manière à réaliser des économies d'échelle dans la venue des artistes internationaux. En ayant accès aux informations sur les autres festivals, chaque structure peut harmoniser son agenda, réfléchir à une circulation commune des œuvres et artistes, développer des partenariats régionaux, etc. L'envoi chaque semaine des newsletters culturelles nationales, mettant en avant les festivals, renforce ces derniers comme pôles de diffusion, de formation et d’aide à la création.

Faciliter l'élaboration des politiques culturelles

Cet objectif a été atteint grâce à la quasi-exhaustivité des données, permettant une vue d'ensemble réaliste du secteur culturel. Elle permet aux décideurs de mieux connaître les acteurs culturels et leurs produits. Des outils de statistiques ont été mis en place pour exploiter ces données et pouvoir en faire une véritable analyse. L'accessibilité, pour Africultures, des données sous forme de base de contacts, permet aux financeurs et décideurs qui le souhaitent d'envoyer, en passant par l'équipe d'Africultures, des mails ciblés ou des sondages, à un groupe cible qu'ils souhaiteraient associer à l'élaboration de politiques culturelles. Les acteurs du secteur culturel eux-mêmes peuvent utiliser les données pour faire du lobbying politique.

Durabilité

Les informations du site ne pourront que continuer à se développer, puisque chacun peut ajouter ou compléter les contenus et que les acteurs ont été formés à cela durant les séances de mobilisation.

La mobilisation du secteur culturel de chaque pays, cumulée à l'ensemble des actions de communication effectuées, assure que le projet continuera de vivre dans les pays même en l'absence de financement. En effet, puisque Sudplanète est un site interactif, ce sont les utilisateurs qui le font vivre, tant au niveau de l'insertion ou mise à jour de nouveaux contenus, qu'au niveau de l'utilisation du site pour se mettre en réseau ou chercher des partenaires. À partir du moment où le secteur culturel du pays a eu connaissance du site et sait l'utiliser, les informations continueront d'être mises à jour directement à la source, et le secteur continuera de se structurer.

Le développement d'outils numériques de mutualisation des données, permettant à d'autres sites de reprendre facilement les contenus du site (systèmes de soap, widget, Iframe, RSS), les incitant à entrer leurs données directement sur Sudplanète (pour ensuite les voir apparaître chez eux) plutôt que de créer d'autres bases de données doublons, garantiront également à terme le développement de nos informations.

C'est donc une dynamique assurant une pérennisation de long terme, sans avoir besoin de nouveaux moyens financiers.

- Le site : www.spla.pro

- Le lien vers le clip de présentation du site :

https://www.youtube.com/watch?v=5WhqD-qaAhI (version FR) et https://www.youtube.com/watch?v=KuAfYGH6CQM (version EN)

- Le lien vers la vidéo Spla générale (acteurs culturels de différents pays des trois zones témoignant de leur usage de Spla) :

https://www.youtube.com/watch?v=vrhtvSW1-JY

 Pour plus de "bonnes pratiques" du Programme ACPCultures+, cliquez ICI

 

08 décembre 2015
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu