Bibliothèques de rue: favoriser l'accès à un catalogue de livres gratuits. "Je suis heureux et exalté de pouvoir utiliser un téléphone portable pour apprendre", Winsdom Dotse, 13 ans

Printer Friendly and PDF

Avec le soutien des ACPCultures + Programme, un consortium d'ONG est en train de promouvoir  la création de nouvelles bibliothèques de rue au Libéria et au Cameroun et essaye de mettre à jour celles déjà existantes au Ghana.

« Les gens ne réalisent pas combien toute la vie d'un homme peut être modifié par un livre. » - Malcolm X

Grandir comme un enfant, Hayford Siaw a  vécu dans plusieurs régions du Ghana grâce au travail de son père. Dans toutes ces différentes communautés, il a vécu avant d'avoir terminé la scolarité de base, une seule fois a-t-il eu l'occasion de mettre les pieds dans une bibliothèque, dans la capitale de la région orientale du Ghana. Il y développa un amour de la lecture, qui l’a finalement aidé à s’aventurer dans le travail de développement, où il a rencontré en permanence de nombreux enfants dans les communautés rurales qui n’ont pas accès à la lecture des livres autres que leurs notes scolaires. Beaucoup d'enfants allant jusqu’à 18 ans étaient analphabètes. En effet, durant l’été 2011, alors qu'il procédait à des entrevues avec les villageois pour des recherches de terrain basées sur la santé, il a constaté l'effet grave que le manque de connaissances et d’éducation de base ont sur la santé d'une population.

Les idées fausses dont  il a été témoin basées sur l’ignorance étaient écrasantes et décourageants. Cette réalisation a finalement abouti à une compréhension en profondeur de certaines questions sociales enracinées profondément et causées par l'absence d'éducation de base. En août 2011, Hayford a commencé une bibliothèque mobile par la collecte de livres de bénévoles dans le coffre de sa voiture pour les rendre disponibles pour les enfants dans les villages ruraux. Travaillant en étroite collaboration avec les communautés, Hayford a déplacé sa voiture dans les communautés invitant les enfants à lire. Il a créé des partenariats volontaires pour l'Afrique de l'Ouest (VPWE) afin d’exécuter le projet.

Au début de 2014, la "bibliothèque de rue" est devenue un projet international soutenu par le programme ACPCultures +.  Dirigée par l'ONG Fraunhofer Portugal, le projet implique VPWE et deux autres organisations en provenance du Libéria et du Cameroun, étendant le concept initié par Hayford dans d'autres pays africains.

Après des mois de préparation, “Youth Crime Watch” et ASRAD ont ouvert les portes de leurs premières bibliothèques de rue respectivement au Libéria et au Cameroun en avril 2015 pour l'accès aux enfants et aux autres lecteurs. Les bibliothèques de rue ACP au Libéria et au Cameroun comblent le fossé des environnements de lecture traditionnelles en obtenant des livres disponibles dans les rues où tout le monde peut avoir accès, non seulement aux grandes littératures du monde, mais en aussi à celles de l'Afrique, quelque que soit le niveau d'éducation, de l'âge, ou du confort (avec des programmes spécifiquement conçus pour les enfants).

Les commentaires des enfants soulignent l'importance des livres pour découvrir le monde: « Je suis impatient de l'Open Street Library m’offrant une occasion d'accéder à l'information culturelle et d'en apprendre davantage au sujet de ma société. Je suis heureux et exalté à pouvoir utiliser un téléphone portable pour apprendre », Winsdom Dotse, jeune garcon de 13 ans qui a été approché par le projet.

La proposition offre également des possibilités d'apprentissage. Desmond Agbemehia, âgée de 17 ans, a exprimé clairement les possibilités qu'elle découvre à travers le projet: « Digital Repository bibliothèque de rue va me permettre d'accéder à des livres en ligne. Avec l'intégration audio, je peux apprendre à prononcer correctement certains mots dans ma langue locale et l'anglais », a-t-elle commenté.

 « Pour certaines personnes, les livres semblent être une chose du passé, mais ici, à Paynesville les livres ne pouvaient pas être un plus grand besoin. Malgré la transition du monde en "numérisation", il y a beaucoup d'endroits qui n’ont même pas d'électricité chaque jour. Ceci définit certaines limites à ceux qui cherchent à accéder à l'information et des ressources éducatives. Ce fut un moment exaltant d'avoir des enfants  assis en groupes de lecture à travers les différents livres que nous pourrions donner accès à eux », a commenté Thomas J. Barlue, responsable du programme Crime Watch jeunesse (YCWL) lors de la mise en œuvre du projet au Libéria.

17 juillet 2015
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu