AMAL MOHAMED, COORDINATRICE DE PROJET, FONDS HEVA

Printer Friendly and PDF
03 novembre 2015

Amal Mohamed, Coordinatrice du projet, fonds HEVA

ACPCultures+ a rencontré Amal Mohamed lors de conférence organisée par l’Arterial Network. Amal a présenté HEVA, le premier projet d’Afrique de l’Est à jouer un rôle de déclencheur économique pour soutenir les entreprises créatives.

 

Pouvez-vous nous expliquer les principaux objectifs et les principales missions de votre organisation?

HEVA est le premier projet d’Afrique de l’Est à jouer un rôle de déclencheur économique pour soutenir les entreprises créatives. Nous apportons une aide et un soutien financier aux entreprises du secteur créatif au Kenya. Grâce aux informations fournies par de nombreuses études et recherches, HEVA a identifié certains points sur lesquels il est essentiel d’intervenir au sein des différentes chaînes de valeur propres à ce secteur. En effet, les entreprises créatives doivent se préparer à relever trois grands défis si elles veulent réussir leur expansion : trouver une source de financement, bénéficier de formations adaptées à leurs besoins et affronter la pénurie de points de vente dont sont victimes les produits du secteur créatif. L’objectif de HEVA consiste justement à apporter des solutions à ces difficultés.

HEVA propose des formules de prêt flexibles pour les entreprises du secteur ainsi qu’un service de soutien et d’aide pour mettre en place des concepts/des points de vente alternatifs.

Quels sont vos critères pour sélectionner les projets ?

Chaque année, nos investissements sont réalisés sur deux périodes, au mois de septembre et au mois de mars. Nous prenons en compte les entreprises créatives dont les chaînes de valeur sont liées au secteur de la mode et de l’habillement, à l’artisanat, ainsi qu’au domaine du spectacle musical ou de la musique en général. L’entreprise sélectionnée doit être kenyane et doit pouvoir justifier de plus d’un an d’activité. Les montants des prêts sont compris dans une fourchette de 100 000 à un million de shillings kenyans (entre 1 000 et 10 000 euros environ). Actuellement, nous acceptons des candidatures qui viennent de tout le pays. Nous envisageons d’étendre l’activité de HEVA à l’Uganda et à la Tanzanie.

Pouvez-vous nous expliquez plus en détail ce qu’est le "soutien personnalisé" que vous proposez aux entreprises ?

Le programme de soutien que nous proposons aux entreprises sélectionnées s’adapte aux besoins de chacune d’entre elles. Par le biais de ce programme, les entreprises sont conseillées sur le plan juridique et organisationnel, elles ont accès à des ateliers d’information sur la propriété intellectuelle et elles peuvent bénéficier d’une assistance comptable. HEVA apporte aussi un soutien technique en proposant des formations qui prennent en compte les spécificités des chaînes de valeur. Même si ce programme s’adresse avant tout aux entreprises sélectionnées, toute entreprise du secteur qui est intéressée peut participer aux ateliers ou aux formations proposés.

Votre travail consiste à donner davantage de visibilité au secteur créatif kenyan. Vous faites également pression sur le gouvernement pour qu’il accorde plus d’attention à la culture. Quels ont été les résultats de vos démarches ?

HEVA fait partie de l’organisation KEPSA (l’alliance kenyane du secteur privée) qui agit en lien avec les instances gouvernementales pour discuter de la mise en place d’une législation pour règlementer et soutenir le secteur créatif. HEVA et le Ministère du sport, de la culture et des arts ont participé à de nombreuses réunions organisées par les parties prenantes afin de débattre sur les moyens à mettre en œuvre pour favoriser la croissance dans ce secteur.

Actuellement, la politique nationale pour la culture et le patrimoine reste suspendue à la décision du parlement quant à la promulgation de la loi kenyane sur l’art et la culture (Kenya Art and Culture Act). Une fois adopté, ce projet de loi vise à mettre en place un Conseil national de la culture et des arts. À l’échelle de la région, l’Assemblé législative d’Afrique de l’Est (en anglais East African Legislative Assembly, EALA) a récemment adopté le projet de loi de la Communauté d'Afrique de l'Est (East African Community, EAC) concernant la culture et la création. Son objectif est de dynamiser les arts de l’audiovisuel et de favoriser les échanges transfrontaliers.

HEVA croit en la possibilité d’établir à long terme un dialogue constructif avec le gouvernement et le secteur privé, par le biais de partenariats, de l’investissement et d’une politique de développement adaptée qui stimuleraient encore davantage la croissance de ce secteur.

 

© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu