À ABIDJAN, L’ART CONTEMPORAIN EST EN EFFERVESCENCE

Printer Friendly and PDF

À Abidjan, l’art contemporain est en effervescence

Galeristes, curateurs, grands collectionneurs ou amateurs… Tous se croisent à Abidjan, devenue l'une des plus dynamiques places du marché de l'art contemporain en Afrique francophone.

 

Place boursière majeure en Afrique de l’Ouest, métropole cosmopolite, foisonnante et créative, Abidjan est aussi, depuis les années 1980, l’un des phares de la scène artistique de la sous-région. Elle devient l’un des principaux marchés d’art contemporain en Afrique francophone. Depuis 2011, avec le retour de la croissance, des golden boys et des expatriés, ce marché explose, se diversifie et n’est plus réservé à un petit cercle de mécènes ou aux membres des puissantes familles liées aux grandes monocultures locales.

Parmi les amateurs, Janine Diagou, directrice générale du pôle banque du groupe NSIA, fait figure de précurseur. Elle possède la plus importante collection privée de peintures et de sculptures signées par les principaux maîtres ivoiriens, de Michel Kodjo à Ouattara Watts. « Plus qu’un placement, c’est une passion, confie-t-elle. Toute ma famille est ainsi. Et puis il y a toujours eu à Abidjan un goût pour l’art, c’est une tradition. »

Cette femme d’affaires est une habituée de la galerie Houkami Guyzagn, qui, depuis sa création, en 2001, tient le haut du pavé dans le petit milieu de l’art contemporain abidjanais. Pendant longtemps, crise politico-militaire oblige, le maître des lieux, l’affable Thierry Dia Brou, a d’abord soutenu les artistes locaux, sur un marché tout aussi local. Il a notamment contribué à révéler des peintres comme Aboudia ou Pascal Konan, désormais mondialement connus.

Mais avec le retour de la paix, la galerie a pris une tout autre dimension. « Abidjan s’est imposée comme la capitale de l’art plastique ouest-africain dans l’espace francophone, car il y a du pouvoir d’achat, soutient Thierry Dia Brou. Nous voyons désormais passer beaucoup de collectionneurs à la recherche de perles rares. Ils n’hésitent pas à payer dans les 300 euros pour un jeune artiste et jusqu’à 2 000 ou 3 000 euros pour d’autres plus reconnus.»

Les galeries d’art au cœur d’un business épanouissant

Après avoir déménagé à Riviera-Bonoumin, la plus ancienne galerie abidjanaise accueille des artistes en résidence, venus des quatre coins du continent. « Autrefois, ce que je ne trouvais pas à Abidjan, je l’achetais durant mes voyages, raconte Nahim Suti, financier, collectionneur et ami de Thierry Dia. Aujourd’hui, l’offre est considérable à Abidjan, et j’y ai déjà acquis des œuvres d’une cinquantaine d’artistes reconnus, comme le Ghanéen Ablade Glover et l’Ivoirien Monne Bou. Ce sont des valeurs montantes, et j’envisage de me concentrer sur une collection ouest-africaine. »

Avec une Côte d’Ivoire de plus en plus tournée vers l’extérieur, les galeries d’art rivalisent d’originalité pour attirer les collectionneurs et les artistes étrangers à Abidjan. Inaugurée en septembre 2012, la galerie Cécile Fakhoury s’est imposée sur un segment élitiste. À raison d’une seule grande exposition tous les deux mois, la maison ouvre ses portes à des artistes locaux, ouest-africains, mais aussi européens ou américains, pour la plupart de renom.

Le célèbre sculpteur ivoirien Jems Robert Koko Bi comme le plasticien sénégalais Cheikh Ndiaye y ont exposé. Et cela a été un tremplin pour eux. « Mon marché est à 70 % tourné vers l’étranger, avec principalement des collectionneurs ouest-africains, précise Cécile Fakhoury. Cependant, de plus en plus de grands galeristes américains, français et anglais s’intéressent à nos artistes. »

Abidjan est une véritable fenêtre sur le monde

C’est ce qu’affirme Sadikou Oukpedjo. En quête d’émulation, de reconnaissance, de sécurité ou de liberté d’expression, beaucoup d’artistes ouest-africains se sont installés à Abidjan. C’est le cas de Sadikou, qui vit dans un modeste atelier de Riviera 2. Ce plasticien togolais au look rasta expose depuis la mi-avril et jusqu’au 11 juin à la galerie Cécile Fakhoury. Il a quitté son Lomé natal il y a six ans pour se faire connaître à l’étranger.

« Chez moi, c’était très dur d’exister. Le pays était tellement refermé sur lui-même que personne ne venait jamais voir ce qui s’y passait, se souvient-il. Je ne cherche pas à vendre à tout prix, mais à montrer ce que je fais. Et Abidjan est une véritable fenêtre sur le monde !»

Célestin Koffi Yao, galeriste low cost

Auteur de plusieurs essais sur l’art contemporain et d’un pamphlet contre la politique migratoire de la France (Le bateau est plein, je débarque, L’Harmattan, 2013), ce grand gaillard à la poignée de main chaleureuse est devenu une sorte de mécène low cost.

Dans la galerie qu’il a ouverte en 2013 près de l’université Félix-Houphouët-Boigny, il expose des artistes locaux et ouest-africains prometteurs comme Camara Demba, Désiré N’Guessan et Sadikou Oukpedjo. « C’est presque du bénévolat, fait-il remarquer. Les œuvres sont volontairement à des prix accessibles, à partir de 300 ou 500 euros. Et je ne prends qu’une marge de 20 %, ce qui ne me fait pas vivre. Mais, heureusement, j’ai mon salaire d’enseignant-chercheur à l’UFHB. »

Ce que j’aime à Abidjan, c’est que la liberté y est totale. » Pas étonnant que ce quadra, ouvert et sans frontières, mélange tous les genres pour réaliser ce qu’il appelle des « œuvres aux techniques mixtes».

 

Article complet de François-Xavier Freland, sur Jeune Afrique

23 mai 2016
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu